La pensée positive : Comment penser positivement pour apprécier la vie ?

de | 26 février 2017

La pensée positive est un fonctionnement du cerveau pour être Heureux de Vivre !

A un moment donné dans notre vie nous avons tous eu besoin de penser positif et ce sont des personnes qui nous ont donné des conseils :

  • Lâche prise !
  • Il faut penser positif !
  • Soi positif !
  • N’y pense plus
  • etc …

Sans nous expliquer le mode d’emploi, comment faire !

C’est ce par quoi Monsieur David LEFRANÇOIS débute sa conférence. Je vous invite à la visionner.

Noté qu’il ne fait absolument pas référence aux personnes HP.

Conférence | PENSEZ POSITIF, UNE SCIENCE !

Durée: 1h57 (1h45 de présentation + 12 minutes de questions)

Présenté par le Coach, Conférencier et Chercheur en Neuroscience Monsieur David LEFRANÇOIS.

Les quelques points abordés

  • Les neurosciences
  • La fin du Darwinisme, le développement du cerveau Humain
  • Votre état d’esprit, votre jardin intérieur !
  • Le deuxième cerveau, l’intestin !
  • L’apprentissage
  • La fausse promesse du développement personnel, la réussite sans effort !
  • La conscience
  • L’importance d’être à l’écoute de ses besoins et de les partager
  • Le pragmatisme de nos 3 systèmes
  • La bonne nouvelle !
  • La paix intérieure !

Les neurosciences

Aujourd’hui nous savons grâce aux neurosciences que les problèmes liés à la dépression, c’est-à-dire la plupart des maladies mentales(burnout, grande colère, etc…) sont dues à un dérèglement des neurotransmetteurs(le GABA) dans le cerveau.

Ce qui signifie qu’il y a beaucoup d’errance thérapeutique car ils essayent de solutionner des problèmes sur le plan psychologique alors qu’en réalité c’est au niveau neurobiologique.

La fin du Darwinisme, le développement du cerveau Humain

Le système Judéo-chrétien est à l’origine de notre culture et de notre mode de pensée.

Une nouvelle discipline est née, la neuropsychologie. Elle détermine que la neuroscience et l’état psychologique sont étroitement liés.

L’épigénétique détermine tes prédispositions. Donc nous avons un destin. Également nous avons un libre arbitre. Celui-ci est prédéfini par l’environnement.

Il dit que pour avoir un véritable libre arbitre nous devons augmenter notre prisme des possibilités. Cela signifie qu’il faut sortir de zone de confort ce qui est le point de départ du développement personnel.

Il est important d’investir sur soi et de comprendre comment fonctionne le monde par l’ensemble des disciples qui convergent vers l’amélioration de soi :

  • la voix,
  • la psycho-énergétique,
  • le cerveau,
  • les structurations mentales (PNL / Sophrologie),
  • une vision du monde agrico-écologique,

Les études des 20 dernières années sur les émotions positives démontrent qu’elles sont favorables à la diminution du stress et de réduire les blessures psychologiques.

Nous avons 3 cerveaux il cite le cerveau tri-unique clairement expliqué par le Dr MACLEAN:

  • le cerveau reptilien ou le tronc cérébral,
  • le cerveau paléomammalien (le cerveau limbique),
  • le cerveau néomammalien (le néocortex).

Chacun partie a sa propre évolution.

Votre état d’esprit, votre jardin intérieur !

Tu as plusieurs façons d’abord le jardin :

  1. Je laisse faire la nature et j’observe les choses(pour peu qu’on est un jardin fertile),
  2. Avoir l’attitude de retirer les mauvaises herbes. Il cultive son terrain.

Les pensées sont comme le jardin si vous ne les remplissez pas de pensées positives, ce sont des pensées négatives qui combleront votre cerveau.

La logique est plutôt de cultiver des pensées positives au lieu d’essayer de retirer des pensées négatives.

En effet cela pose problème vise à vis de la construction de notre cerveau et de l’héritage associé.

Le cerveau reptilien sert à développer la survie : les stratégies d’évitement.

Le cerveau limbique : c’est, la relation , les émotions , les émotions dans la relation  autrement dit rechercher la satisfaction.

Le cortex, le besoin d’être relié, connecté aux autres : le système de connexion.

Il faut retenir les 3 stratégies :

  1. l’évitement,
  2. la recherche,
  3. la connexion.

La neuroplasticité est très difficile. Cela demande beaucoup d’investissement et de travail en adéquation avec des chercheurs et des spécialistes.

Le deuxième cerveau, l’intestin !

Il est important de prendre soin de ces 2 cerveaux.

Le cerveau crânien sous-traite une partie de la création des neurotransmetteurs à l’intestin.

Il est donc important de manger correctement. De plus si l’équilibre est rompu entre l’intestin et le cerveau, les neurotransmetteurs ne pourront pas être acheminé correctement. L’absorption de nourriture, la prise de médicament ne pourra pas avoir l’effet escompter.

C’est ce qu’on appel l’effet placebo car la micro-biote ne parviens pas à fournir les informations.

L’apprentissage

La plasticité neuronale est très présente lors de l’apprentissage. On parle donc de la myéline ( matière blanche ) qui se développe lorsque l’on fait de nouvelle expérience d’apprentissage, un effort de concentration sur quelque chose de nouveau.

Quand un environnement est trop confortable cela génère de la complaisance plutôt que du dépassement de soi.

Il parle de la méthode Suzuki :

Elle consiste à créer des mouvements qui enregistre dans le cerveau des retours (feedback) de succès et de réussite.

La répétition et la concentration permettent ainsi de développer votre faculté d’apprentissage et par conséquent votre neuroplasticité, la myéline.

Si vous ne développez pas votre faculté d’apprentissage ce sont les médias et les personnes négatives qui vont s’en occuper pour vous.

L’être Humain est naturellement équipé pour être négatif c’est la raison pour laquelle notre société est comme nous la connaissons aujourd’hui.

Il fait remarquer que les gens positifs contrastés avec les personnes négatives et la société sont considérés comme :

  • il est bizarre,
  • c’est un béni oui oui,
  • il est un peu con celui-là,
  • il est gentil,
  • soi réaliste,

Les gens positifs sont bien plus réalistes que les autres.

Il distingue les pensées mentales et les pensées physiques(ce sont les habitudes).

Les pensées négatives et expériences négatives s’enregistrent dans la mémoire implicite, la mémoire de stockage à long terme.

Les pensées positives vont dans la mémoire explicite, c’est-à-dire la mémoire-tampon.

Il faut 5 fois plus d’expériences positives pour compenser une expérience négative.

C’est pour cela qu’il y a des petits succès dans l’apprentissage pour mettre en confiance l’individu.

Ce que nous sommes ce n’est pas ce que nous avons fait d’extraordinaire une fois dans notre vie. Mais la somme de petites actions qui nous définis.

La confiance se construit n’ont pas parce que vous avez été un héros mais parce que de temps en temps vous osez :

  • être
  • accepter et développer la notion de courage

Il faut bosser, persévérer pour changer de vie et être heureux.

La fausse promesse du développement personnel, la réussite sans effort !

Beaucoup de gens pensent naïvement qu’avec beaucoup de visualisation et de bonnes émotions cela suffit pour changer de vie pour la réussite.

Il démontre que la loi d’attraction a des limites.

Nous sommes dans une société dont elle nous encourage à faire moins d’efforts. Pour avoir un physique particulier, pour entretenir une relation il faut faire des efforts.

Finalement pour être positif il faut faire des efforts.

La conscience

Le psychiatre Éric BERNE est le fondateur de l’analyse transactionnel.

La conscience c’est d’avoir une représentation mentale très claire des conséquences pour moi de mes modes de pensée et de mes comportements.

Il précise qu’on ne change pas ce dont nous n’avons pas conscience.

La connaissance ce n’est pas la conscience.

L’important est de mettre en pratique ce que tu as appris.

L’importance d’être à l’écoute de ses besoins et de les partager

Des fois la personne peut avoir besoin d’un moment de se retrouver. Il faut s’écouter soi-même.

Il est très important de communiquer sur ces besoins afin de se respecter et d’être le plus en phase dans ces relations.

Vous avez 4 façons de vivre dans le monde à travers des états internes :

Le système nerveux parasympathique

  1. Haute énergie positive : l’amour, l’envie, le désir, l’enthousiasme, le défis,
  2. Basse énergie positive : la détente, le calme, le repos, la solitude,

Le système nerveux sympathique

  1. Basse énergie négative,
  2. Haute énergie négative : colère, rage, discorde, frustration,

On fabrique du cortisol , elle est la substance qui vous réveille du sommeil paradoxal.

Une émotion négative de 5 minutes de colère ou de grosse frustration créée un surdosage de cortisol dans le corps. Le système immunitaire envoi toutes ces ressources pendant 5 heures. Par conséquent nous sommes plus vulnérables.

Le cortisol détruit les cellules de l’hippocampe du cerveau qui permettent de réguler les émotions. C’est un cercle vicieux car l’émotion négative s’accroît elle-même.

Il faut contre-balancer la haute énergie négative par la basse énergie positive.

C’est la même journée qu’hier car nous avons les mêmes schémas mentaux.

Le pragmatisme de nos 3 systèmes

D’abord, il y a le système d’évitement ou de combat qui va nous permettre de fuir ce qui est négatif pour nous-même. Cela peut être une situation ou des personnes.

Ensuite, il y a le système de recherche qui va nous orienter vers ce qui nous donne des émotions positives. Le système de recherche concerne également l’apprentissage de langue, l’effort physique, la recherche d’un sens et d’un but.

Enfin il y a le besoin de se connecter aux autres avec des gens qui nous correspondent.

En fait le besoin de se connecter aux autres c’est que ces personnes sont l’extension de nous-mêmes.

Trouver des excuses affaiblit l’estime de soi et la confiance en soi.

La perception du monde est établie en fonction de votre mode réceptif ou réactif par rapport aux systèmes :

  • d’évitement,
  • de recherche,
  • d’attachement.

La bonne nouvelle !

Nous avons plus d’expériences positives que négative dans une journée. La gratitude et le moment présent sont très importants car ils permettent d’apprécier, de faire attention et de prendre conscience :

  • des expériences : rencontrer une belle personne même si nous avons un point de vue différent ou une intelligence différente.
  • des émotions / des sensations : le fait de pouvoir respirer, sentir la chaleur du soleil.

Enfin, cet Homme Monsieur David LEFRANÇOIS est très généreux car il termine la conférence sur l’Histoire qui a permis de comprendre comment accéder à la paix intérieur.

La paix intérieure !

Tout d’abord, Monsieur David LEFRANÇOIS recommande de se placer en tant qu’observateur.

Ensuite, il faut se poser ces questions afin de développer la même neurologie d’une personne qui fait la méditation depuis 3 heures :

  1. Qu’est-ce qui est à l’origine de ma prochaine pensée ?
  2. Quelle est la couleur de ma prochaine pensée ?
  3. Quelle est l’odeur de ma prochaine pensée ?
  4. Quelle est l’origine de ma prochaine pensée ?

La conséquence est qu’on développe le mental blanc dont il sert à entretenir notre cerveau.